Morihei Ueshiba

Morihei Ueshiba est né le 14 décembre 1883. Dans son enfance, il avait des problèmes de constitution et était très nerveux.

Son principal centre d’intérêt était la religion, mais ses parents l’incitaient à continuer les exercices physiques afin d’équilibrer son corps.

Vers l’âge de vingt ans, il a développé un certain intérêt pour le Ju-Jitsu, surtout celui enseigné dans l’école de Kito. Il a passé plusieurs soirées à étudier les différentes techniques de cet art martial de Samouraï. En parallèle à ces études, Ueshiba a également pratiqué le Ken-Jutsu dans l’École Shinkage.

Grâce à sa volonté et ses différentes études en arts martiaux, il a fondé son propre dojo appelé « kobukan » vers la fin des années 1927, dans le quartier de Shinjuku à Tokyo. Dans ses enseignements, il rassemble toutes les techniques de Sokaku Takeda, celles du Ken-Jutsu et du Ju-Jitsu afin de créer un nouvel art martial uniquement défensif. Avant d’arriver au nom d’Aïkido en 1942, Ueshiba a appelé son style le « daïto ryu aîki jutsu » en 1922, « ueshiba ryu jujutsu » en 1924, « ueshiba ryu » entre 1925 et 1926, « aïki budo » en 1927 et enfin « aïkinomichi ».

Le fondement de cet art

En 1940, hormis les caractéristiques défensives de l’Aïkido qui consistent à projeter et immobiliser l’adversaire, Ueshiba a étendu ses enseignements vers un domaine plus psychologique.

Celui-ci permet aux adeptes de s’épanouir et de connaître les vertus du bon sens. Ce n’est qu’à travers cette nouvelle vision d’O Sensei que l’Aïkido fluide est apparu. Cet art martial est, depuis cette date, pratiqué par des hommes et des femmes de tout âge à la recherche d’activité pouvant améliorer leurs conditions physiques et mentales.

Toutefois, afin de maîtriser les divers mouvements d’esquive et de contre-attaque de l’Aïkido, plusieurs années d’entraînement sont bien entendu nécessaires...