Un show d’un nouveau genre

UFC_logo.pngL’Ultimate Fighting Championship est né d’une réunion entre le professeur de Gracie Jiu-jitsu Rorion Gracie, l’homme d’affaires Art Davie et du président de Semaphore Entertainment Group (SEG) Bob Meyrowitz. Ces trois personnages se sont mis en tête de mettre en place un tournoi qui consacrerait le meilleur combattant du monde, peu importe son style et son poids, le tout dans le cadre d’un show télé à l’américaine. Le groupe SEG est d’ailleurs spécialisé dans le pay per view des événements sportifs. C’est ainsi que l’UFC 1 a eu lieu le 12 novembre 1993 à Denver Colorado. Le succès a été immédiatement au rendez-vous et a propulsé le MMA sur le devant de la scène des sports de combat aux États-Unis. Basées sur le Vale Tudo, considéré comme l’ancêtre des combats libres de nos jours, les premières éditions de l’UFC se déroulaient la même soirée durant laquelle les combattants alignaient les matches à élimination directe.

Les tournois se distinguaient des autres par le peu de règles appliquées. En effet, il n’y a ni catégorie de poids, ni limite de temps, ni équipement de protection obligatoire. Il était tout simplement interdit de frapper les yeux, de mordre et de saisir les parties génitales. Un combat ne s’arrête donc que si l’arbitre le décide par KO ou soumission. L’arène où se déroulent les rencontres est vite devenue un symbole de l’évènement. C’est une cage octogonale répondant au nom de "L’Octogone".

Un tournoi controversé

Toutefois, l’UFC n’a pas fait que des adeptes. Devant la brutalité des combats, les opposants au MMA se sont organisés pour obtenir l’interdiction des tournois sur le territoire des États-Unis. À la tête de cette fronde anti-UFC se trouvait le sénateur républicain de l’Arizona John McCain. Il s’est joint à son homologue du Colorado Ben Nighthorse-Campbell pour dénoncer l’Ultimate Fighting Championship, qualifiant le MMA de "sanglant, brutal et répugnant".

Ainsi, à partir de 1996, l’UFC se fait progressivement interdire d’État en État. Déterminé à en finir avec les tournois, celui qui fut le candidat républicain à la présidentielle de 2008 a réussi à contraindre les compagnies de pay per view de retirer le MMA de leurs programmes, poussant l’UFC au bord de la banqueroute.

Pour revenir sur le devant de la scène, l’UFC a dû se conformer aux législations. Ainsi, de nouvelles règles plus restrictives ont été intégrées dont les catégories de poids et les rounds. Si on est loin du spectacle offert en 1993, cette évolution a permis à l’Ultimate Fighting Championship d’être l’un des évènements les plus rentables du pay per view. L’organisation a été rachetée en janvier 2001 par les Fertittas et est gérée par la Zuffa LLC.