L'UFC à ses débuts

Le premier UFC a eu lieu le 12 novembre 1993 à Denver dans le Colorado. Les fondateurs Rorion Gracie, Art Davie et Bob Meyrowitz avaient alors pour but de déterminer le plus grand combattant du monde. Peu de place donc pour les règles. Ainsi, il n’y eut ni catégories de poids (cette vidéo de 1993 illustre bien ce point -> http://www.youtube.com/watch?v=jc9zsHyDgps), ni limitation de temps, ni même des protections obligatoires.

Les combats étaient alors impressionnants, car seuls les coups aux yeux et aux parties génitales étaient interdits. À cause de ce "No holds Barred", où presque tout est permis, l’UFC a vite fait d’attirer les détracteurs. Ces derniers ont réussi à faire interdire l’organisation de l’évènement dans plusieurs Etats des USA.

Place au sport

Pour pouvoir revenir sur le devant de la scène, l’UFC a été contraint d’adopter plus de règles afin de protéger les combattants et de rendre les combats plus acceptables pour le grand public. De retour sur les écrans de télévision, l’UFC présente alors un nouveau visage avec notamment l’arrivée des catégories de poids, la limitation de temps et une liste de fautes. Ainsi, l’UFC compte à nos jours 9 catégories de poids des poids mouche aux poids superlourds en passant par les poids coq, plumes, légers, welters, moyens, lourds légers et lourds.

Un combat se subdivise désormais en rounds de 5 minutes. Un match de championnat en compte alors 5. Ainsi, en plus des KO, des KO techniques et des soumissions, un combat peut se gagner via la carte des scores délivrée par 3 juges. Avec l’instauration d’une liste de fautes plus restrictives, un joueur peut être disqualifié. Après cette évolution, les combattants UFC ont délaissé leur image de gladiateur pour un portrait de sportif professionnel.